Le bilan carbone des revêtements de sol et murs

En France, le secteur du bâtiment est à l’origine d’environ 1/4 des émissions de gaz à effet de serre et de la moitié de la consommation d’énergie1. Si la construction représente la majorité des émissions, la rénovation représente également une part importante. Dans la rénovation, c’est la production des différents matériaux et fournitures qui est la principale cause des émissions. Dans cet article, nous comparons le bilan carbone des principaux revêtements de sol et muraux. Qu’il s’agisse du parquet, lino, carrelage ou encore de la peinture, nous comparons les émissions de CO2 par m². Quand on rentre dans les chiffres, les différences sont significatives. Par exemple, le PVC émet 25 fois plus de CO2 que la peinture de sol. Pour choisir un revêtement bas carbone, suivez le guide de notre entreprise de peinture et rénovation.

Source 1. The Shift Project – Bâtiment

Comment comparer le bilan carbone des revêtements ?

Pas besoin d’être un grand scientifique pour connaître le bilan carbone d’un revêtement de sol ou mural. En effet, il existe une base de données publique qui recense les données écologiques et sanitaires de tous les matériaux du BTP. C’est la base INIES. Elle est renseignée par différents acteurs, sous le contrôle du Ministère de la Transition Écologique. Ainsi, on retrouve des données venant des fabricants, des groupements d’industriels, ainsi que du Ministère de la Transition Écologique.

Pour chaque revêtement, nous disposons ainsi du bilan carbone total pour la couverture d’un mètre carré de sol ou de mur. Ce bilan inclut l’ensemble du cycle de vie du revêtement : production, transport, pose, fin de vie… Pour tous ces revêtements, la production représente la majorité des émissions de CO2. Les émissions de carbone liées à la pose ou application sont en général marginales. En effet, il s’agit d’activités manuelles, réalisées par des artisans à la sueur de leur front.

Ensuite, petite précision méthodologique, il existe pour chaque type de revêtement une multitude de données. Dans ce comparatif, nous avons retenu uniquement les données du Ministère de la Transition Écologique. De plus, pour chaque revêtement, nous avons retenu la donnée qui nous semblait la plus fréquente. Par exemple, pour le sol PVC, il existe 3 mesures en fonction de la masse surfacique. Selon que la densité est égale à 3 kg/m², entre 3 et 9 kg/m² ou entre 9 et 12 kg/m², le bilan carbone n’est évidemment pas le même. Dans ce cas précis, nous avons retenu le chiffre intermédiaire, qui est également le plus courant sur les chantiers.

Quel est le bilan carbone par m² des principaux revêtements de sol ?

Revêtement de solExemple retenu Bilan carbone par m² (kg eq. CO2)
PVCRevêtement de sol souple en PVC (densité entre 3 et 9 kg/m²) 97,8
CarrelageRevêtement de sol dur en céramique (épaisseur entre 7 et 10 mm)46,8
LinoRevêtement de sol souple en linoléum42,2
Parquet stratifiéParquet bois stratifié (épaisseur 8 à 10 mm, gestion durable)41,1
MoquetteRevêtement de sol souple en textile30,1
Parquet contrecolléParquet en bois contrecollé (ép. 12 mm, gestion durable)26,3
Parquet massif Parquet bois massif (ép. 14 mm, gestion durable)13,8
RésineRevêtement de sol en résine 6,9
Peinture de sol (solvant)Peintures solvant sols2,6
Peinture de sol (phase aqueuse)Peinture pour sol en phase aqueuse1,7
Bilan carbone revêtements de sol. Source : Inies / Ministère de la Transition Écologique

Ce comparatif nous apprend qu’il existe des différences significatives entre les différents revêtements. Ainsi, la peinture de sol émet 25 fois moins de CO2 que le PVC.

Globalement, plus les revêtements contiennent du pétrole / plastique, plus les émissions de CO2 liées sont élevées. C’est pourquoi le PVC ou dans une moindre mesure le sol en lino ont des bilans carbones élevés.

À l’opposé, la peinture de sol contient également des dérivés du pétrole, mais en beaucoup moins grande quantité. Dans les revêtements bas carbone, on retrouve également les parquets massif ou contrecollé, qui sont constitués de bois.

Bilan carbone revêtements sol

Quel est le bilan carbone pour la pose de 10 m² de sol ?

Pour se faire une idée de ce que représente le bilan carbone des revêtements de sol, prenons un cas pratique. Par exemple, un petit chantier dans une chambre de 10 m² (au sol).

Premièrement, si l’on applique de la peinture au sol, le bilan carbone du chantier sera de 20 kg eq. CO2. Cela correspond au bilan carbone d’une raquette de tennis ou d’un jean en coton2.

Ensuite, si l’on choisit de poser un sol PVC, le bilan carbone sera de 980 kg eq. CO2, soit presque 1 tonne. Cela correspond à 2 grandes télévisions2.

Source 2. Ademe 2018

Quel est le bilan carbone des principaux revêtements muraux ?

Revêtement muralExemple retenu Bilan carbone par m² (kg eq. CO2)
FaïenceRevêtement pour murs et plafonds en faïence (épaisseur 6mm] avec mortier colle et joint15,5
LambrisRevêtements pour murs et plafonds en panneaux ou lambris en bois (ép. 15 mm, gestion durable)13,1
Peinture extérieure (solvant)Peinture solvant extérieures2,3
Toile de verreRevêtement pour murs et plafonds en toile de verre1,9
Enduit plâtreRevêtement pour murs et plafonds en enduit plâtre1,9
Peinture extérieure (phase aqueuse)Peinture de ravalement en phase aqueuse, classe D21,9
Peinture intérieurePeintures mates en phase aqueuse1,3
Papier peint Revêtement pour murs et plafonds en papier peint1,0
Bilan carbone revêtements muraux. Source : Inies / Ministère de la Transition Écologique / SIPEV

Globalement, les revêtements muraux ont un meilleur bilan carbone que les revêtements de sol. Dans les revêtements bas carbone, on retrouve le papier peint et la peinture. Concernant la peinture, mieux vaut prendre une peinture en phase aqueuse (“peinture à l’eau”) plutôt qu’une peinture solvantée. En effet, le solvant est un dérivé du pétrole. Néanmoins, sur l’aspect du bilan carbone, il y a relativement peu d’écart entre les peintures. Là où il y a une vraie différence, c’est entre la peinture et des revêtements plus massifs comme la faïence ou le lambris.

Bilan carbone revêtements muraux

Comment aller plus loin dans les travaux bas carbone ?

Enfin, s’il y a une chose à retenir de cet article, c’est que pour des travaux bas carbone, tout est dans le choix des matériaux. Pour cela, il faut rentrer dans les chiffres et comparer les différentes options. Au-delà des revêtements, il est possible de retrouver tous les matériaux du Bâtiment dans la Base Inies (isolation, cloisonnement, façade…).

Globalement, les revêtements intérieurs sont les plus légers en termes de bilan carbone. C’est sur les autres matériaux, notamment de construction, qu’il faut faire les bons arbitrages.

Pour en savoir plus sur le bilan carbone de la rénovation, retrouvez nos articles sur le bilan carbone d’un chantier de peinture ou le bilan carbone d’un chantier de rénovation. Par ailleurs, sachez que pour réduire la consommation d’énergie d’un bâtiment, les deux principaux leviers sont l’isolation thermique et l’installation d’une pompe à chaleur.


Un projet de rénovation ?


Menu