Le bilan carbone des travaux de peinture

Quel est l’impact carbone des travaux de peinture ?

Chez Monsieur Peinture, les changements climatiques nous inquiètent. Or le secteur des travaux est connu pour avoir un lourd bilan carbone, notamment à cause des chantiers de grande envergure, qui nécessitent beaucoup de matériaux, de transports etc.

Du coup, nous avons cherché à évaluer l’impact carbone de notre activité. D’abord, pour identifier les choses à améliorer, et faire de nos chantiers des exemples de chantiers responsables. Ensuite, pour comparer et relativiser l’impact de notre activité avec d’autres achats ou services du quotidien.

Comme promis, voici donc notre analyse sur le bilan carbone (en kg eq. CO2*) d’un chantier type avec Monsieur Peinture

(* kg équivalent CO2, l’unité de mesure créée par le GIEC)

Modus operandi. 

Prenons un chantier dit “standard” chez Monsieur Peinture c’est à dire : trois pièces à repeindre dans un appartement situé en Ile de France, le tout pour un chantier d’une durée moyenne d’une semaine. Afin de ne rien oublier, nous avons tenté de répertorier point par point ce qui aurait un impact sur le bilan carbone de ce chantier. 

Qu’avons-nous pris en compte dans notre calcul ?

  • Les émissions de CO2 liées à la production de la peinture, soit : 30 litres de peinture et 15 litres de couche d’impression (sous-couche). 
  • Les émissions de CO2 du transport des ouvriers et chef de chantier, soit : environ 5km de voiture pour le déplacement du chef de chantier par jour (les peintres se déplaçant surtout en transports en commun, ce qui est négligeable).  

En comparaison avec les deux postes principaux d’émissions de CO2, nous avons considéré que les autres postes étaient négligeables, notamment :

  • L’énergie dépensée lors du chantier (électricité, eau…). En effet, un chantier de peinture est très manuel, donc il n’y a pas de consommation particulière d’énergie.
  • Les outils et fournitures telles que : les pinceaux, les rouleaux, les bâches de protection etc. puisqu’ils sont tous réutilisables.

Quel bilan ? 

  • La production de peinture et de sous-couche, soit 45L en tout. Chez Monsieur Peinture nous utilisons des peintures professionnelles acryliques (surtout composées d’eau, de pigments ainsi que quelques solvants et additifs), toutes fabriquées en France ! Grâce à un rapport de l’Ademe, nous avons estimé que pour 30L de peinture et 15L de sous couche, les émissions de CO2 induites par la phase de production représentaient environ 5 kg eq. CO2.  
  • Le transport. Grâce aux données fournies par la RATP, nous avons estimé que 5km de voiture par jour représentaient environ 7 kg eq. CO2 pour une semaine de chantier. 

Le total s’élève donc à environ 12 kg eq. CO2 pour un chantier standard d’une semaine avec trois pièces à repeindre.

Morale de l’histoire ? 

Pour relativiser l’impact de notre activité, nous avons cherché à comparer ces chiffres avec d’autres activités. En reprenant les chiffres d’autres études, on réalise qu’un chantier de peinture est bien moins polluant que d’autres achats du quotidien !

En effet, un vol aller/retour entre Paris et New York (plus de 11 600 km au total) est estimé à une tonne de CO2 par passager*. 

Pour ce qui est de la production d’un téléviseur, on estime son émission de CO2 à environ 172 kg eq. CO2*.

Autre exemple, celui de la production d’un lave linge de 79kg : celle ci émet autour de 103 kg eq. CO2*

Bref, vous l’aurez compris, l’achat d’un simple téléviseur ou d’un lave linge implique un bilan carbone bien plus lourd que des travaux de peinture qui rafraîchiront votre chez-vous pour au moins une décennie !

(* Source : article Le Monde)

Bilan carbone travaux de peinture

Étude Monsieur Peinture

Un projet de travaux ? Estimez le budget grâce à notre Simulateur ou appelez-nous ou au 07 57 90 29 27.

Voici d’autres liens ou articles utiles pour vos travaux :

Menu