Peinture en copropriété : les grandes étapes

Dans une copropriété, l’ensemble des décisions sont prises par les copropriétaires lors d’une assemblée générale. C’est le cas notamment des travaux d’entretien et d’amélioration, comme la peinture des murs des parties communes. Vous souhaitez faire des travaux de peinture pour la copropriété et aimeriez en savoir plus ? Monsieur Peinture, entreprise de peinture et rénovation, vous donne toutes les informations nécessaires pour débuter vos travaux en toute sérénité.

Définir le projet des travaux de peinture avec le syndic de copropriété

Avant de réaliser les travaux de peinture pour la copropriété, il est important de définir la nature du projet. En effet, les démarches dépendent du types de travaux entrepris : 

  • Les travaux d’entretien : ce sont les travaux de remise en état de l’existant, comme le rafraîchissement de la peinture lorsqu’elle s’écaille. Dans ce cas, le coût des travaux est compris dans le budget prévisionnel de la copropriété. Il n’est donc pas nécessaire de voter les travaux de peinture en assemblée générale ;
  • Les travaux d’amélioration : ce sont les travaux qui modifient ou améliorent l’existant, comme le changement de couleur des peintures de tout l’immeuble. Dans ce cas, le coût des travaux n’est pas compris dans le budget prévisionnel. Il est alors nécessaire de voter les travaux en assemblée générale, et de prévoir un budget supplémentaire pour les copropriétaires. Nous revenons sur cette notion plus loin dans l’article.

Pour définir au mieux le projet, nous recommandons aux conseillers syndicaux, ou à défaut aux copropriétaires si la copropriété ne dispose pas de conseil syndical, de discuter directement avec le syndic de copropriété. Ce dernier sera à même de vous conseiller sur les étapes à suivre.

Établir plusieurs devis de prestataires

Une fois que le projet est défini, nous vous recommandons d’établir directement un ou plusieurs devis pour les travaux de peinture de la copropriété. Dans les faits, il n’est pas obligatoire de procéder à cette étape maintenant, mais cela permet d’obtenir une estimation chiffrée du coût des travaux à fournir aux copropriétaires.

Le prix des travaux de peinture dépend principalement des caractéristiques suivantes :

  • L’état du bâtiment et des murs : il est plus simple de peindre un mur en bon état qu’un mur délabré. De plus, s’il est nécessaire de lisser les murs ou de reboucher des trous, le coût du devis sera plus élevé ;
  • La surface à peindre : la peinture des murs coûte moins cher que la peinture des plafonds et des sols. Si le peintre doit préparer les surfaces avant de les peindre, les tarifs seront revus à la hausse ;
  • Le type de peinture : les peintures à effet, plus sophistiquées sont plus chères que les peintures classiques. Par exemple, la peinture acrylique est toujours la moins chère du marché.

Voter les travaux en assemblée générale pour les travaux d’amélioration

Comme expliqué précédemment, si les travaux à réaliser sont considérés comme des travaux d’amélioration de la copropriété, il est impératif de voter la décision en assemblée générale pour pouvoir les entreprendre.

Concrètement, un membre du conseil syndical ou un copropriétaire doit au préalable demander au syndic d’ajouter la résolution des travaux à l’ordre du jour de la prochaine assemblée. La demande s’effectue par lettre recommandée avec accusé de réception, environ deux mois avant la tenue de l’assemblée générale. Par la suite, le syndic enverra aux copropriétaires au minimum 21 jours avant la tenue de l’assemblée générale une convocation à cette réunion. Il est aussi possible de devenir syndic bénévole de sa copropriété pour accélérer la prise de décision et les procédures.

Comme précisé lors de l’étape précédente, si le syndic ou un conseiller syndical a établi plusieurs devis pour chiffrer le coût des travaux, il est possible d’annexer ces devis à la convocation d’assemblée générale. De cette façon, les copropriétaires pourront prendre connaissance des travaux à effectuer et du prix à payer.

Lors de l’assemblée générale, les travaux de peinture seront ensuite votés à la majorité absolue de l’article 25 de la loi de 1965. Cette majorité comptabilise l’ensemble des voix des copropriétaires, qu’ils soient présents, représentés ou bien absents.

Suivre la réalisation des travaux et vérifier la finition

La dernière étape consiste à effectuer le suivi de chantier. Bien que les travaux de peintures soient de faibles envergures comparés à d’autres types de travaux, le suivi des travaux permet de garantir la qualité du chantier et d’éviter les mauvaises surprises. Les étapes clés d’un suivi de chantier sont les suivantes :

  • Établir un planning avec l’artisan pour les travaux et respecter les délais ;
  • Fixer les horaires d’intervention ;
  • Prévenir l’ensemble des copropriétaires et/ou des locataires si les travaux de peinture peuvent en gêner certains ;
  • Veiller au bon déroulement des travaux.

Généralement, un maître d’ouvrage est employé pour assurer le suivi des gros travaux. Mais dans le cas de la peinture des parties communes, un membre du conseil syndical peut assurer ce rôle, surtout si la copropriété est gérée par un syndic en ligne.

L’entreprise de peinture doit aussi prendre ses précautions pour protéger les parties communes, comme mettre des bâches en plastique sur le sol ou sur les portes afin d’éviter les éclaboussures de peinture, et faire attention aux finitions. Les finitions à vérifier sont les suivantes :

  • La peinture est uniforme sur l’ensemble des murs ;
  • Aucun oubli de peinture n’a été constaté ;
  • Il n’y a pas d’éclaboussure de peinture sur les portes ou les sols ;
  • Etc.

En cas de manquement, le syndic ou un membre du conseil syndical est en droit de demander à l’ouvrier peintre un dédommagement financier, ou de reprendre le travail de peinture si nécessaire. 


Un projet ?