Sol en sisal : le meilleur revêtement végétal ?

Le sisal est une matière tendance qui se décline sous différentes formes. On l’utilise en tapis, en suspension, ou en revêtement de sol… Cette matière végétale provient d’un cactus subtropical. C’est un excellent revêtement de sol qui possède de nombreuses qualités. En effet, c’est un très bon isolant thermique phonique et régulateur d’humidité. Son prix au m² est bon marché. Pour un bon revêtement de sol en sisal, comptez en moyenne entre 12 et 35€/ m². Le prix de la pose du sisal par un professionnel est également limité, autour de 20€ / m². Enfin, on compare généralement le sisal au jonc de mer. Vous verrez qu’il possède de nombreux avantages. Suivez le guide Monsieur Peinture.

Le sisal, qu’est-ce que c’est ? 

Le sisal est une fibre végétale issue d’un cactus. Une fois cueillie, elle est ensuite lavée, séchée, triée et tressée. La matière est ensuite collée sur une sous-couche en latex, en feutre ou bien en coton, suivant le producteur. On utilise principalement le sisal comme revêtement de sol. Toutefois, on peut également l’utiliser en revêtement mural, ou pour du mobilier.

Le sisal est en revêtement de plus en plus utilisé, car c’est un matériau naturel et bon marché.

Les avantages du sol en sisal

Tout d’abord, grâce à sa sous-couche (généralement en latex) et ses fibres, le sisal est un très bon isolant thermique et phonique naturel. Le sisal permet notamment d’absorber les bruits sur le sol. 

Deuxièmement, le sisal est un très bon régulateur hygrométrique. Il a le pouvoir d’améliorer le climat d’une pièce et de purifier l’air.

Ensuite, on raffole du sisal car c’est une matière douce, agréable au toucher, fabriquée à partir de matières premières naturelles.

De plus, le sol en sisal peut être teinté. Ce revêtement est naturellement de couleur beige. Toutefois, c’est un revêtement très absorbant qui peut être teinté dans n’importe quelle couleur. Contrairement au jonc de mer qui est imperméable et donc n’adhère pas à la teinture.

Pour finir, c’est un revêtement peu cher, que ce soit à pour l’achat de la fourniture, ou la pose par un professionnel.

Les inconvénients du sisal

À l’inverse, le sisal possède trois gros inconvénients.

Tout d’abord, il ne convient pas aux pièces humides.

Ensuite, il se tâche facilement. Ce qui veut dire que c’est un revêtement qui n’est pas conseillé dans une chambre d’enfants ou une cuisine par exemple.

Troisièmement, le sisal risque au fil des années de s’effilocher. Par conséquent, nous ne le recommandons pas dans les pièces à fort passage.

Le sisal est-il écologique ?

Le tableau est nuancé.

Le côté écologique, c’est que le sisal est un revêtement naturel, qui ne subit quasiment aucune transformation. De plus, le sisal est un cactus abondant, qui pousse rapidement. C’est une production qui nécessite très peu d’eau ou d’énergie.

Par conséquent, le bilan carbone du sisal n’est pas aussi bon qu’on pourrait le croire, car le sisal est produit dans de lointains pays.

À l’origine, le sisal était une plante qui venait essentiellement du Mexique. La demande pour cette matière a pris une telle ampleur que d’autres pays se sont mis à la cultiver. Le Mexique ne possède à l’heure actuelle qu’une maigre part de la production de sisal.

Aujourd’hui, les principaux producteurs sont le Brésil avec 130 000 tonnes, la Tanzanie avec 30 000 tonnes et la Chine avec 25 000 tonnes de sisal.

Sisal ou jonc de mer ?

Voici le serpent de mer, sans mauvais jeu de mot, des revêtements de sol fibrés. Le sisal et le jonc de mer ont de nombreux points communs. On a donc tendance à les comparer et à hésiter entre les deux.

Globalement, ces deux revêtements ont plus de points communs que de différences. Ce sont deux revêtements tressés à partir de fibres naturelles. Le sisal vient d’un cactus tandis que le jonc de mer vient d’une plantes aquatiques. Deux revêtements bon marché, faciles à poser. Pour les départager, il y a deux grands points : la résistance à l’humidité et les teintes.

Le jonc de mer aime l’eau, contrairement au sisal

Le jonc de mer, fabriqué à partir de plantes aquatiques, aime l’eau. C’est un revêtement qui convient bien dans des pièces humides. S’il est placé dans une pièce sèche, il doit être entretenu avec de l’eau, car autrement il devient cassant avec le temps.

En revanche, le sisal, fabriqué à partir d’un cactus, n’aime pas l’humidité. Il ne faut donc pas le placer dans une pièce humide, ni le laver à l’eau. En revanche, placé dans une pièce sèche, le sisal demande très peu d’entretien, ce qui est pratique.

Le sisal peut être teint, contrairement au jonc de mer

L’avantage du sisal, c’est qu’on peut le teindre. Ainsi, il est généralement disponible dans plusieurs coloris dans les grandes surfaces de bricolage. Cela le rend plus facile à intégrer dans sa déco.

En revanche, le jonc de mer ne peut être teint. Il faut donc aimer son aspect naturel.

Le sisal est fabriqué principalement au Brésil, le jonc de mer en Chine

Comme expliqué précédemment, le sisal est fabriqué principalement au Brésil, en Tanzanie ou en Chine.

De son côté, la très grande majorité de la production de jonc de mer vient de Chine.

Sur l’aspect environnemental, les enjeux sont similaires, mais on peut estimer que le sisal est légèrement plus écologique.

Comment poser un revêtement de sol en sisal ? 

Comment choisir son sisal ?

Il existe trois grandes types de tissage, pour faire un sol en sisal. Ce qui les différencie, c’est le grammage par m². Cela va de 1800 g /m² pour un sol sisal dit léger, à 2800 g /m² pour un sol dit moyen et 3700 g /m² pour un sol sisal dit lourd.

En fonction du tissage, l’esthétisme du tissage sera différent : tissage simple, double, tressé, natté ou en chevrons.

Dans quelle pièce peut-on poser du sisal ?

Nous vous recommandons de ne pas poser le sisal dans les pièces à taux d’humidité trop élevé, comme par exemple la cuisine, la salle de bain ou le garage. Un revêtement à éviter également dans les zones de passage intense et dans la chambre des enfants car c’est une matière qui reste relativement fragile.

Pour poser votre sisal, vous avez deux options. Si votre pièce est grande et à fort passage, privilégiez une pose collée. À l’inverse, une pose simple suffira. 

Attention, vous devez avoir conscience qu’avec la pose collée votre revêtement existant sera endommagé.

Pour une pose simple ou une pose collée, vous devrez laisser le revêtement en sisal dans la pièce pendant au minimum 48 heures, avant de le poser. Cela lui permettra de reprendre sa forme initiale et de s’acclimater à la pièce.

La pose collée d’un sisal

Pour la pose collée, vous devez tout d’abord positionner votre revêtement le long des murs, en laissant des débords de minimum 15 cm pour les découpes. Une fois positionné, vous devez plier légèrement le revêtement sur environ 20 cm de long et encoller votre sol. Enfin, vous devrez rabattre le revêtement afin qu’il adhère à la colle en le marouflant. Répétez l’opération sur tout le reste de la pièce. 

La pose simple d’un revêtement en sisal

Pour la pose simple, le fonctionnement est relativement similaire. Une fois le revêtement positionné, vous devez plier votre revêtement et appliquer un adhésif double face sur la face intérieure du sisal et sur le sol. Ensuite, il suffit de continuer sur tout le reste de la pièce avec le même procédé.

Comment entretenir son sol sisal ?

Après la pose du sisal, nous vous recommandons d’appliquer un traitement pour améliorer sa résistance et éviter l’incrustation des tâches avec une bombe aérosol imperméabilisante (vendue en grande surface de bricolage).

Pour l’entretien du sisal, c’est assez simple. Comme un revêtement de sol classique, passez l’aspirateur une à deux fois par semaine (ou plus) pour éliminer les salissures et la poussière du quotidien.

Pour un nettoyage plus profond, il est recommandé de procéder à un nettoyage avec un shampoing à sec deux à trois fois par an pour lui redonner son éclat.

Si jamais vous faites une tâche (peu importe de quelle nature), ne mettez surtout pas d’eau car vous risquez de faire apparaître des auréoles, de faire rétrécir, gondoler ou perdre de sa couleur à votre sisal. À la place, saupoudrez la tache de terre de Sommières et laissez agir pendant environ 30 minutes. Une fois les 30 minutes écoulées, passez l’aspirateur.

Un projet ? Estimez le budget pour vos travaux en quelques clics ou appelez-nous au 07 57 90 29 27

Découvrez d’autres articles sur les revêtements de sol ou obtenez un devis travaux :

Menu